oudong

Située à environ 40 km de Phnom Penh, dans la province de Kandal, Oudong fut résidence royale et capitale du Cambodge durant plus de 250 ans. Le passé glorieux de l’ancienne cité est aujourd’hui essentiellement restitué sur une colline à double mamelon qui constitue une nécropole royale monumentale où reposent plusieurs souverains.
La découverte de la colline d'Oudong nécessite de gravir de nombreuses marches. L’ascension pourra vous paraître un peu rude, toutefois, votre effort sera récompensé au sommet par une vue fantastique sur la campagne environnante, les rizières et le Tonlé Sap, avant de flâner en ces lieux imprégnés de l'histoire du Cambodge.

 

Un peu d’histoire

 

Fondée par le roi Soriyopor (Barom Reachea IV) en 1601, Oudong fut embellie de canaux, terrasses, ponts et d’une centaine de pagodes par le roi Ang Duong (1841-1850). Ce grand bâtisseur en fit une cité qui émerveilla jadis les visiteurs.
En 1863, le roi Norodom 1er et l'amiral Doudart de Lagrée signèrent le traité assurant la protection de la France au royaume Khmer face au Siam et à l'Annam. En 1866 le souverain choisit Phnom Penh comme nouvelle capitale et la cour déménagea.
En 1977, Oudong fut ravagée par les Khmers rouges. Sur un côté de la colline se trouve un mémorial abritant les ossements de centaines de victimes de cette terrible période.

 

Visiter Oudong

 

La partie la plus grande de la colline accueille des stupas d'époques différentes.
Le premier, Chetdei Mouk Pruhm, abrite les restes du roi Monivong, mort en 1941. Le stupa du milieu, Trai Traing, orné de quatre visages de Bayon regardant la province de Kandal dans toutes les directions, fut construit par le roi Norodom 1er pour son père, le roi Ang Duong, en 1891. Le stupa Damrei Sam Poan fut édifié au 17e siècle pour le roi Soriyopor. Enfin, le plus grand et le plus récent datant de 2002, fut le réceptacle d’un os du Bouddha, initialement abrité dans un stupa érigé devant la gare de Phnom Penh. Cette relique qui était la plus sacrée du Cambodge fut dérobée en 2013.

Sur l’autre partie de la colline vous trouverez la pagode Preah Arthross et sa grande statue de Bouddha qui fait face au nord au lieu de regarder vers l’est (direction traditionnelle). Ce vieux temple dont le nom signifie « Temple des dix-huit coins » en référence aux 18 coudées de sa structure, symbolise, selon la légende, la force et la puissance de l'ancien royaume Khmer. L’histoire raconte qu’au 13e siècle, un empereur chinois dépêcha des gens à travers l'Asie pour identifier les menaces potentielles. Quand ils arrivèrent à Oudong, ils virent une montagne avec une trouée au sommet. Trouvant que l’ensemble avait la forme d’un naga (serpent multicéphale de la mythologie bouddhiste) et observant la richesse de la société khmère, ces envoyés rapportèrent à leur empereur que les Khmers étaient déjà très puissants, qu’ils pouvaient faire apparaître un naga, et étaient donc assez forts pour dominer le monde. L'empereur chinois ne voulant pas d'une guerre, demanda au souverain khmer l’autorisation de construire un temple à l’emplacement de la trouée, avec le visage du Bouddha tourné vers la Chine afin de protéger son empire. Le temple fut nommé Arthross, qui veut dire « dix-huit coins », du fait de sa structure.

Derrière se trouve le stupa Chker Amao, du nom du chien d’un grand moine qui était une bête très intelligente et vénérée. Plus au nord-est sur la crête, s’alignent trois petits viharas : Vihear Preah Ko (Vache sacrée), Vihear Preah Keo (pierre précieuse sacrée) et Vihear Prak Neak (le Bouddha protégé par un Naga) où s’admirent une statue de la vache sacrée, des bouddhas dorés et de superbes fresques.

Cette partie de la colline ne manquera pas de vous étonner lorsque vous découvrirez la petite mosquée Ta Sann. Celle-ci témoigne de la grande tolérance du roi Ang Duong qui fit don de 50 m2 de terrain à l’Iman Sann, venu du Champa l'ancien empire islamique qui partageait autrefois l'Indochine avec les Khmers. Le roi s’était lié d’amitié avec ce musulman Jahed et avait de longues discussions sur le dharma de leurs deux religions.

Au bas de la colline, la pagode Vipassana Dhura fait partie d'un vaste centre de méditation qui accueille toute l’année de nombreux moines bouddhistes. Etincelante d’or à l'extérieur, sa salle de prières, où trône une grande statue de Bouddha, est ornée à l'intérieur de fresques superbes.
Si vous ne vous sentez pas de faire l’ascension de la colline, vous aurez grand plaisir à découvrir ce complexe monastique ponctué de bassins et sa superbe pagode.

 

Comment s’y rendre ?

 

De Phnom Penh, vous pouvez rejoindre Oudong en tuk tuk, en taxi, en voiture avec chauffeur et même en bateau.

 

Horaires

 

Le site d’Oudong est ouvert de 7h à 17h.

Bonjour

Je suis Cyrille de "Seripheap". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Prix d'un appel local
(+33) 09 70 19 62 81