Neak Pean

Neak Pean

 

Situé à environ 2,5 km à l’est de Preah Khan, soit au nord-est du site d’Angkor, Neak Pean est une petite île circulaire artificielle dominée au milieu par un temple bouddhiste. A travers son architecture et ses cinq bassins, ce site respire une ambiance ancestrale et sereine. Dans cette ambiance, il est donc très agréable d’y admirer à quel point le bouddhisme et l’hindouisme se combinent harmonieusement.

 

Histoire

 

Construit par Jayavarman VII vers la fin du 12e siècle, le temple Neak Pean fut consacré à la religion bouddhiste. Il fut ainsi dédié à Lokeshvara, bodhisattva de compassion.

Toutefois, selon les croyants hindous, la disposition de chaque bassin fut aménagée suivant une ancienne croyance hindoue. Les quatre bassins représentaient donc l’eau, la terre, le feu et le vent. Par le simple fait de s’y baigner, ils croyaient que les eaux avaient une vertu médicinale pouvaient ainsi arranger leurs problèmes. De ce fait, le temple fut, dès sa construction, considéré comme un hôpital public. Longtemps envahi par la jungle, le temple de Neak Pean fut dégagé dans les années 20. Suite à cela, il fut restauré dans les années 30 suivant la méthode de l’anastylose. De nos jours, les bassins du temple restent pour la plupart du temps asséchés. Ils sont, en revanche, inondés pendant la saison des pluies.

 

Visiter le temple Neak Pean

 

Suivant le style artistique Prasat Bayon, le temple Neak Pean est conçu sous une architecture khmère. Il est probablement la réplique du lac Anavatapta, un lac mythique de l’Himalaya.

Au-dessus d’une plateforme circulaire pyramidale de 7 niveaux, le temple Neak Pean domine un bassin carré entouré par quatre bassins plus petits. De ce fait, l’ensemble du site s’affiche comme une petite île circulaire de 14 m de diamètre. Sur sa base, l’édifice central est donc entouré par deux nâgas dont la tête forme l’entrée du site. Sa nomination Neak Pean ou Neak Poan, qui signifie serpent entrelacés, est ainsi tirée du fait que les queues de ces serpents se sont entremêlées.

Sur 70m de côté, le grand bassin est considéré comme la pièce maitresse du site. Il témoigne de la valeur religieuse du temple Neak Pean. Autrefois, il abritait quatre statues qui servaient de lieu sacrificiel pour des rites de purification. Aujourd’hui, on ne trouve qu’une seule statue. Elle se situe au milieu de la passerelle qui se conduit à travers le grand bassin vers l’entrée de l’édifice au milieu. Cette statue a été récemment reconstruite à partir des morceaux récupérés par les archéologues français qui ont dégagé le site. Il s’agit donc d’une étrange statue de cheval dont les jambes sont entrelacées avec une jambe humaine. Selon la mythologie locale, cela évoque une légende ancienne racontant l’exploit d’Avalokiteshvara, une bodhisattva qui voulait se changer en un cheval volant appelé Bâlaha.

En contraste avec la religion bouddhiste, ce site est aussi entouré par quatre petits bassins périphériques de 100m de périmètre qui sont reliés les uns aux autres par des canalisations. Quand le temple était encore en activité, les quatre bassins périphériques étaient alimentés par le bassin central. L’eau s’écoulait ainsi par quatre gargouilles ornementales qui sont encore visibles aujourd’hui. On y trouve une gargouille en forme de tête d’éléphant au nord, de cheval à l’ouest, de lion au sud et d’homme à l’est. Selon la croyance hindoue sur laquelle son aménagement repose, la tête d’éléphant symbolise l’eau, la tête du cheval représente le vent, la tête de lion évoque le feu et la tête de l’humain reflète la terre.

 

Comment s’y rendre

 

Depuis Preah Khan qui se trouve à proximité, il est plus pratique et plus sûr de prendre un tuk-tuk ou de louer le service d’un taxi.

 

Horaires et tarifs

 

Le site de Neak Pean est ouvert de 05h à 18h.

Les frais d’admission sont inclus dans le pass standard pour les temples d’Angkor, soit 37 dollars USD pour la visite d’une journée.