Koh Ker

Koh Ker, anciennement appelée Chok Gargyar, a été une des capitales de l'Empire Khmer entre 928 et 944. Le roi Jayavarman IV y était originaire et y a été consacré en 928 après une victoire sur Angkor. Cette dernière, capitale la plus célèbre de l'empire, l'est redevenue en 944. L'ancienne cité de Koh Ker a entièrement été bâti en 13 ans, jusqu'en 941, année de la fin du règne de Jayavarman IV. Le gigantisme de ce lieu impressionne encore aujourd'hui. Il n'y a qu'à voir sa pyramide, appelée prang, le symbole de Koh Ker, posée sur une base carrée de 60 mètres de côté, et s'élevant à plus de 36 mètres de hauteur. Le site compte aujourd'hui 16 temples et lieux d'intérêts comme celui-ci, tous marqué d'une influence religieuse hindouiste caractéristique de l'époque. Les deux principaux étant la pyramide et le temple de Prasat Thom. La végétation a pleinement repris ses droits sur ces structures et plus généralement dans cette zone totalement isolée dans l'extrême nord du Cambodge, ce qui offre un charme tout particulier au lieu. Des pillards et chasseurs de trésors ont malheureusement, pendant plus de 8 siècles depuis la chute de la capitale, profité de cet esseulement pour voler les richesses et artefacts sur place, n'hésitant pas à saccager certains monument qui ressemblent aujourd'hui plus à des amas de briques et de sable leur faisant perdre de leur superbe d'antan.

 

Prasat Thom

 

Le site de Prasat Thom se trouve au nord de la ville de Koh Ker, à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Siem Reap. S'étalant sur plus de 800 mètres de long et 150 mètres de large il abrite le temple homonyme, la pyramide, et d'autres bâtisses ancestrales.

 

Le temple de Prasat Thom a été consacré, en 921, par Jayavarman IV en personne à Shiva, membre de la Trimurti hindouiste symbolisant la destruction réparatrice. L'entrée du temple est gardée par un sanctuaire monumental du nom de Prasat Kraham qui abritait à l'époque une statue géante (4 à 5 mètres) d'un Shiva dansant représenté avec ses 5 têtes. Le temple de Prasat Thom se trouve au milieu d'un étang, il faut pour le rejoindre passer sur un sentier en terre de quelques mètres qui traverse l'étendue d'eau. Dans l'antichambre de l'édifice se trouve les restes d'une statue de bovidé disposés au sol. Les chercheurs ont longtemps pensé qu'il s'agissait de Shiva sur le dos de sa monture Nandin, avant de se rabattre sur Yama monté sur son buffle. Ce dernier représente chez les hindouistes le dieu et juge des morts. Peu après 941, une statue de Jayavarman IV faisait face à cette représentation du dieu, cette scène symbolisant le passage du roi dans l'au-delà. Celle-ci se trouve actuellement au musée des arts asiatiques Guimet à Paris. On ignore à quelle date elle a été retirée du temple.

 

Dans l'enceinte principale de Prasat Thom se trouvent 21 sanctuaires en briques, toujours dédiés à Shiva, et deux anciennes bibliothèques. Les chercheurs ont remarqué que cette accumulation de latérite et de constructions internes à cette pièce gigantesque contraste totalement avec le vide de l'espace suivant, entièrement consacré à la pyramide de Koh Ker, certes immense, mais terriblement solitaire.

 

Le Prang

 

Cette pyramide à six niveaux est appelée prang, un terme thaïlandais qui désigne un stupa construit au sommet d'une structure pyramidale. En haut de la structure de Koh Ker se trouvait jadis un immense linga, cette sculpture d'apparence phallique représentant Shiva, aujourd'hui disparu. Il ne reste que la base des murs décorés de lions. Investie d'une nature verdoyante, cette pyramide vous offre la possibilité, en son sommet, de distinguer les immenses forêts environnantes.

Bonjour

Je suis Cyrille de "Seripheap". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Prix d'un appel local
(+33) 09 70 19 62 81