L'envol vers Boeng Peariang

L'envol vers Boeng Peariang

26 févr. 2019

Venir à Siem Reap sans se délecter d'une visite d'Angkor, l'ancienne capitale de l'empire khmer, semble impensable. Mais le séjour sur place peut paraître long une fois le tour des temples effectué. S'exiler quelque peu de cette ville touristique n'est pas une mauvaise idée en soi. Surtout que l'arrière-pays de la région regorge d'innombrables espèces animales et végétales. En témoigne le sanctuaire des oiseaux Boeng Peariang, près du village de Chreav à une trentaine de minutes de Siem Reap.

Boeng Peariang, cet ancien paradis chtonien des chasseurs et des braconniers transformé depuis en sanctuaire protecteur des espèces aviaires du pays ravit les ornithologues et les amoureux des oiseaux, des photographies éclatantes, en somme les curieux d'une nature rare et splendide. Parcouru de bout en bout par voie fluviale, Boeng Peariang est un lieu idéal pour découvrir la faune et la flore cambodgienne.

  L'envol vers Boeng Peariang  

175 espèces d'oiseaux rares

Située à quelques minutes du village de Chreav et bordée par une flopée de palétuviers, ces arbres tropicaux réputés pour leur fidélité nouée aux rivages marins, la réserve de Boeng Peariang était autrefois le terrain de chasse prisé des fins gastronomes de viande aviaire accompagnés parfois de rustres tueurs affamés d'oseil. La chair, les ossements, les plumes étaient vendus sur le marché noir, là où les collectionneurs, eux, repartaient avec l'animal, entier.

  L'envol vers Boeng Peariang  

La zone a été depuis sanctuarisée grâce à l'initiative de la communauté locale pour préserver l'habitat naturel de leur région. Cette réserve est devenue propice au développement de 175 espèces d'oiseaux rares. Tant campagnards, montagnards, que maritimes. La cigogne laiteuse, le pélican à bec tacheté, le héron pourpre, l'ibis à tête noire, et de nombreuses autres espèces jallonnent chaque jour les 208 hectares (2,08 km2).

Le charme de l'arrière-pays cambodgien

La route en direction de Chreav va vont plonger directement dans l'authentique campagne cambodgienne. Celle des abords de Siem Reap et du lac Tonle Sap tout au moins. Le sillage dessiné par le véhicule sur les chemins de terre ocre marque le souvenir de votre chemin. Les habitants et notamment les enfants sur le bas côté s'amusent du passage des touristes et communiquent leur joie par leur sourire et leur "hello!". Sur place vous êtes accueillis par les buffles qui font leur toilette dans cette eau que vous allez sillonner, les rizières verdoyantes enchantent le paysage.

  L'envol vers Boeng Peariang  

La visite de la réserve de Boeng Peariang dure environ deux heures. Elle est proposée tout au long de l'année mais sera plus profitable lors de la saison sèche et précisément entre février et mai. À cette période le soleil est radieux 95% du temps et le bas niveau des eaux permet aux oiseaux de pêcher plus facilement. Vous en verrez la plus grande majorité à ce moment-là.

Thibault Bourru

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Cyrille de "Seripheap". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
(+33) 09 70 19 62 81