Le Cambodge, terre de huit nouvelles espèces vivantes

L’ONG internationale WWF a annoncé dans son rapport publié mercredi 12 décembre dernier, la découverte, sur l’année 2017, de 157 nouvelles espèces issues de la faune et de la flore dans la région du Grand Mékong, regroupant le Laos, le Cambodge, la Thaïlande, le Vietnam, et le Myanmar. Le royaume khmer enregistre lui l’arrivée de 8 nouvelles espèces animales et végétales.

La région du Grand Mékong, qui traverse la Chine, le Myanmar, le Laos, la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam, abrite un trésor de biodiversité. La faune et la flore comportent notamment des éléphants d’Asie, des tigres, des léopards, plusieurs espèces de pangolins, des ibis, des dauphins d’eau douce à Kratie notamment, etc. Le Mékong abrite à lui seul trois fois plus d’espèces de poissons que le fleuve Amazone. Un total de 2,6 millions de tonnes de poissons sont pêchées chaque année, ce qui représente 25 % des prises mondiales en eau douce.

Chaque année, des scientifiques participent à la description et à la classification des nouvelles espèces présentes dans la région du Grand Mékong. Certaines sont dénichées après un travail de terrain minutieux, voire parfois des mois de labeur sur place, et des années d’authentification en laboratoire.

Un bambou unique !

Le rapport confirme que les scientifiques ont découvert 8 nouvelles espèces animales et végétales au Cambodge. Il y a en tout trois nouvelles espèces de poissons*, la rhacophorus rhodopus une grenouille encore jamais vu, et quatre espèces de plantes**. Parmi elles le schizostachyum cambodianum (S cambodianum), une toute nouvelle espèce de bambou, unique en son genre. 

« Les bambous font partie des plantes les plus difficiles à étudier car de nombreuses espèces ne produisent pas les fleurs nécessaires à leur diagnostic de façon régulière », soulève le Dr Khoon Meng Wong, le chercheur singapourien qui a découvert ce spécimen. Le S cambodianum comporte selon lui la particularité d’avoir un lobe, une division arrondie et peu profonde d’une partie de la feuille, singulier et totalement unique en son genre en Asie du Sud-Est.

Le schizostachyum cambodianum ©WWF

Le schizostachyum cambodianum ©WWF

Les scientifiques ont pu, entre 2015 et 2017, découvrir, avec parcimonie, des spécimens du genre dans la chaîne de montagnes des Cardamomes. L’ennui est que la majorité des S cambodianum se sont développé en bordure des routes nationales, voire d’autres éparses, particulièrement sujettes au défrichement. Un travail de protection va être mené pour pérenniser cette nouvelle espèce végétale.

Le S cambodianum au sein des Cardamomes ©WWF

Le S cambodianum au sein des Cardamomes ©WWF

* : acantopsis rungthipae / acantopsis dinema / acantopsis ioa.

** : schizostachyum cambodianum / impatiens bokorensis / tarenna pilosa var. parvifolia / wikstroemia bokorensis.

Thibault Bourru

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *