Jujitsu – Jessa Khan sur le toit du monde

L’americano-khmère Jessa Khan a remporté le week-end dernier quatre médailles d’or au SJJIF World, un prestigieux tournoi international de jujitsu. Ces titres viennent garnir une année somptueuse, durant laquelle Jessa a également glané trois titres de championne du monde et la médaille d’or aux Jeux Asiatiques en Indonésie.

Une ambition de championne. Quelques heures seulement après avoir concrétisé ce quadruplé au SJJIF World de Long Beach en Californie, Jessa Khan pense déjà à la suite. En ligne de mire, les tournois EBI et No Gear Worlds au mois de décembre prochain. « Je reste toujours concentrée sur ce que j’ai à gagner, explique la jujitsuka. J’ai encore beaucoup de rêves et beaucoup de titres à aller chercher. » À 17 ans, Jessa Khan a pourtant sans conteste dominé de la tête et des épaules la scène du jujitsu international féminin cette année. À son niveau en tout cas. La ceinture bleue, portée très souvent entre 16 et 18 ans. Son objectif est de passer ceinture noire l’année prochaine, l’âge minimum étant établi à 18 ans, pour lui ouvrir les portes des titres les plus glorieux.

 

Jessa atteint la plus haute marche du podium aux championnats du monde en juin dernier

Jessa atteint la plus haute marche du podium aux championnats du monde en juin dernier. ©Instagram jessa.khan

 

Une motivation infaillible

L’entraînement professionnel prend du temps, surtout à 17 ans. La vie quotidienne de Jessa tourne en permanence autour du jujitsu. C’est un passage obligatoire pour espérer tout remporter. « Je m’entraîne en Californie tous les jours, 20 à 25 heures par semaine. J’enseigne également cet art martial aux plus jeunes. Le jujitsu prend une part très importante dans ma vie. C’est très difficile de se concentrer sur le reste, mais je m’accroche », assure-t-elle. Jessa suit des cours par correspondance pour rester au fait, elle est sûr d’elle, « je ferais du jujitsu mon métier. »

En 2010, à ses débuts, Jessa considère cet art martial comme un loisir. À 9 ans elle ne pense pas vraiment à la suite. Trois ans plus tard, après avoir participé à quelques compétitions junior, le jujitsu prend de l’ampleur dans sa vie et elle se focalise de plus en plus sur ce sport, pour ne plus le lâcher par la suite. C’est son père, Peter Khan, né au Cambodge et parti vivre aux États-Unis, qui l’a introduite à ce sport de combat. Jessa possède la double nationalité, khmère et américaine. Ce qui lui a ouvert les portes des Jeux Asiatiques au mois d’août dernier.

 

Jessa accompagnée de son père sur sa droite

Jessa accompagnée de son père, Peter Khan, sur sa droite. ©Instagram jessa.khan

 

Entrée dans l’Histoire

Le jujitsu a été instauré cette année au programme des Jeux Asiatiques. Jessa a pu participer à cette 18e édition organisée en Indonésie. Mieux que cela, elle a même remporté la compétition et devient la première médaillée d’or de l’Histoire du jujitsu aux Jeux Asiatiques, dans la catégorie des moins de 49kg. « C’est une immense fierté d’avoir pu revêtir le maillot khmer et représenter mes origines. Je suis très reconnaissante envers le Cambodge de m’avoir permis de participer à ces Jeux Asiatiques. Je suis venu au royaume après la compétition pour voir ma famille et rencontrer les supporters, quel souvenir incroyable ! », s’extasie la championne. Jessa est déjà entrée, à seulement 17 ans, dans l’Histoire du Cambodge et de l’Asie. Sa motivation, ses ambitions et son travail l’amèneront peut-être au sommet de son art, elle fait tout pour.

 

Une joie communicative pour la jeune khmère après sa victoire aux Jeux Asiatiques. ©Instagram jessa.khan

Une joie communicative pour la jeune khmère après sa victoire aux Jeux Asiatiques.©Instagram jessa.khan

 

Thibault Bourru

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *