Musée national du Cambodge

Situé rue 13 à Phnom Penh, juste à côté du Palais royal, le Musée national du Cambodge est le plus grand du pays. Configuré en quatre grandes salles ouvertes sur un très beau patio verdoyant, ce vaste bâtiment témoigne de la richesse historique et artistique de la civilisation khmère à travers ses collections et représente également un remarquable exemple d’architecture traditionnelle.

Votre visite vous procurera non seulement le plaisir d’admirer toute la splendeur et l’évolution de l’art khmer mais elle vous offrira aussi une parenthèse de quiétude et de fraîcheur au cœur de la vibrante capitale.

 

Un peu d’histoire

 

En 1914, Albert Sarraut, Gouverneur Général de l’Indochine, décide, avec l'accord du souverain cambodgien, de confier à l’archéologue et ethnologue français George Groslier la réalisation d'un musée. Construit entre 1917 et 1920, le vaste édifice de couleur ocre reflète le style architectural traditionnel Khmer et sa décoration s’inspire de l’art angkorien tels les motifs des deux grands portails copiés sur le temple de Banteay Srei.

Baptisé Musée du Cambodge, il est ouvert partiellement au public en 1918. Puis il prendra le nom de Musée Albert Sarraut, lorsqu’il sera inauguré par le roi Sisowath le 13 avril 1920, dans le cadre des célébrations du Nouvel An khmer. George Groslier en sera le premier conservateur.

Peu avant l’indépendance du pays en 1953, la France en cède la direction aux autorités cambodgiennes tout en maintenant son assistance technique. L’institution est alors rebaptisée Musée national du Cambodge et fera l’objet d’une rénovation en 1968 sous la supervision du célèbre architecte cambodgien Vann Molyvann, « père » de la Nouvelle Architecture Khmère.

En 1970, en raison du début de la guerre civile, de nombreuses collections de musées provinciaux sont abritées dans ses réserves, pour les préserver. A partir d’avril 1975, complètement abandonné sous le régime Khmers rouges, il subit de graves dommages, envahi par une colonie de milliers chauve-souris profitant de son toit éventré.

En 1980, l’inventaire entrepris révèle la disparition de collections entières.

Malgré tout, aujourd’hui, le Musée national du Cambodge abrite l’une des plus grandes collections d’art khmer au monde composée de plus de 14 000 pièces dont environ 2000 sont exposées au public.

 

La visite du Musée national du Cambodge

 

De plain-pied et encadrant un patio de verdure, les galeries d’exposition du musée s’étalent sur 2800 m2.

Sculptures et objets ethnographiques hérités des époques préhistorique (4e au 9e siècle), pré-angkorienne (9e au 10e siècle), angkorienne (10e au 14e siècle) et post-angkorienne (après le 14e siècle) constituent des collections présentées à travers 4 catégories : la pierre, le métal, le bois et la céramique.

 

Les bronzes sont pour la plupart des divinités bouddhistes et hindoues ainsi que des objets de la vie quotidienne. Les pièces sont de couleurs différentes selon la composition chimique des matériaux utilisés (or, argent, cuivre...)

Les céramiques illustrent la décoration architecturale (tuiles, motifs…), le culte religieux (vases et statues) ou encore les objets de la vie courante comme la vaisselle avec certaines pièces magnifiques de formes zoomorphes.

La pierre, le bois et le stuc révèlent toute la splendeur de la sculpture khmère au fil des siècles. Vous ne pourrez rester insensible devant des pièces de toute beauté héritées du savoir-faire et de la créativité de talentueux artistes. L’essentiel est composé d’oeuvres autoportantes dont la plupart sont des linteaux, des frontons et des bas-reliefs provenant de murs de temples. Mythologie religieuse, faits historiques ou vie quotidienne y sont narrés avec une profusion de détails et un incroyable effet de mouvement.

 

La collection de sculptures khmères du Musée national du Cambodge couvre plus d’un millénaire et reste la plus belle au monde. Les œuvres majeures, bien qu’endommagées, véhiculent des valeurs importantes liées à l'art, l'histoire et la religion et révèlent à la fois l'identité et le style khmers. Elles prouvent également que les artisans ont su créer un art totalement original.

Parmi tous ces trésors, vous ne manquerez pas d’admirer une superbe statue en grès de Shiva tenant son épouse Huma sur ses genoux, illustration parfaite du style Banteay Srei, considéré en Asie du Sud-Est comme le summum de l’art à la fin du 10e siècle. Autres bijoux : un Vishnou a huit bras de 1m93 et une statue de Harira datant du 6e siècle, et surtout une sculpture de Jayavarman VII provenant d’Angkor Thom, caractérisant l’époque du Bayon et l’apogée de la sculpture khmère, de la fin du 12e au début du 13e siècles.

En cours de visite, vous aurez plaisir à faire une pause dans le cadre rafraîchissant du beau patio agrémenté de végétation luxuriante et de bassins de lotus.

Ne quittez pas le Musée national du Cambodge sans avoir fait un arrêt à sa boutique où sont proposés cartes postales, souvenirs, répliques de sculptures et livres d’art. Et si vous avez un petit creux, profitez de son charmant café dont les tables sont protégées par des éléphants en feuillage.

 

Comment s’y rendre

 

Situé rue 13 (entre les rues 184 et 178), en plein centre-ville, le musée est facilement accessible. Selon l’endroit où vous séjournerez, vous pourrez vous y rendre à pied, en tuk tuk, en motodop (mototaxi) ou en taxi.

 

Horaires et tarifs

 

Le musée est ouvert de 8h00 à 17h00 tous les jours (dernière admission à 16h30).

L'entrée des visiteurs se trouve à l'angle des rues 13 et 178

 

Frais d'admission :

  • 5 $ pour les étrangers de 10 à 17 ans.

  • 10 $ pour les étrangers de plus de 18 ans.
  • 500 riels pour les Cambodgiens.

  • Gratuité pour les enfants de moins de 10 ans et les groupes scolaires.

 

Des visites guidées en khmer, anglais, français et japonais sont proposées.

Les photos sont uniquement autorisées à l'extérieur et dans le patio du musée.