Angkor Thom

Angkor Thom

Situé à environ 2 km de la ville de Siem Reap sur la rive droite de la rivière Tonlé Sap, Angkor Thom est la capitale de la cité archéologique d’Angkor. Il s’agit, en effet, d’une grande ville qui reflète le charme et la beauté de la culture angkorienne. Cette cité est ainsi un véritable témoin de la grandeur de cet empire. C’est pourquoi, elle est l’une des principales attractions du Cambodge.

Lors de votre passage, vous serez tout de suite envahis par un sentiment étrange à travers les architectures merveilleusement construites et les immenses visages qui vous regardent le long de votre passage.

 

Histoire

 

Après Yasodharapura, Angkor Thom était la dernière capitale de la ville d’Angkor sous le règne de Jayavarman VII (1181-1218). Sa construction fut ainsi terminée vers la fin du 12e siècle. A cette époque, la prospérité de la ville était saluée par tout le monde. Elle abritait ainsi des milliers d’habitants et ses infrastructures répondaient parfaitement aux besoins fondamentaux de ses citoyens. Elle était desservie par des routes et des voies navigables et disposait d’infrastructures publiques accessibles par le grand public.

Avec la chute du royaume khmer vers les années 1800, la ville est devenue moins fréquentée. Ses habitants ont peu à peu abandonné leurs foyers. Après cela, la ville est devenue déserte et fut envahie par les plantes sauvages. Elle n’a pu se démarquer qu’après l’arrivée des explorateurs français. Une organisation française appelée Ecole Française d’Extrême-Orient a donc pris en charge la reconstruction de ces monuments.

 

Découverte de Angkor Thom

 

Angkor Thom occupe une vaste superficie qui s’étend sur près de 9 km². Aménagée sur un espace carré, la cité est une ville fortifiée. Le plan et la construction de la ville suivent une logique qui vise à éviter les menaces contre les Chams. Pour cela, elle est entourée par des remparts de 8 m de hauteur qui sont à leur tour encerclés par un fossé de 3 km. Chaque côté du rempart dispose d’une grande porte d’entrée décorée par les immenses visages des quatre Grand Rois du panthéon hindouiste. Il s’agit aussi d’un vaste site archéologique abritant les ruines de monuments historiques et architecturaux.

Edifiés pendant le règne de Jayavarman VII, les monuments sur Angkor Thom reflètent la réalisation architecturale des Khmers entre le bouddhisme Mahayana et les cultes hindouistes de Shiva et de Vishnou. La majorité des ses grandes ruines représente les dieux, déesses et autres personnages mythiques de ces deux religions. On y trouve donc un palais royal, des temples religieux et des terrasses archéologiques.

 

Le palais royal

Situé au nord du Bayon, sur la Terrasse des Eléphants et la Terrasse du Roi Lépreux, le palais royal a aujourd’hui presque totalement disparu. Il n’en reste que des ruines. Le palais était en effet construit avec des matériaux légers ; seules les terrasses en pierre ont résisté au temps.

 

Phimeanakas

Phimeanakas également appelé palais Céleste est un temple hindou. Localisé dans l’enceinte du Palais Royal, ce temple a été bâti vers le 10e siècle. Il affiche une architecture pyramidale construite avec de la latérite et du grès. Autrefois, cet endroit était un lieu de culte où le Roi avait pour habitude de se recueillir. En grimpant à son sommet, vous pourrez être subjugué par la vue époustouflante de l’ensemble du site.

 

La terrasse des éléphants

Sur 300 m de longueur, la terrasse des éléphants affiche une grande variété de sculptures qui représentent l’image mystique des éléphants, des lions et des Garudas, un oiseau mythique de la mythologie locale. Certaines de ces statues sont sculptées avec des fleurs de lotus autour de leur trompe. Au nord de la terrasse, vous pourrez admirer les plus impressionnantes de ces sculptures. Ce sont, en effet, des sculptures de chevaux à cinq têtes et d’éléphants qui se rapprochent fortement de la taille réelle.

 

La terrasse du Roi Lépreux

A la différente de la terrasse des éléphants, la terrasse du Roi Lépreux dispose d’un magnifique mur sculpté sur les deux faces. A l’intérieur comme à l’extérieur, le mur affiche les bas-reliefs des serpents et des Garudas. On y trouve également une grande statue du roi Lépreux érigé sur une plateforme surélevée. Il s’agit de la réplique de la statue à torse nu du roi sous une position assise. L’original de ce chef d’œuvre est aujourd’hui exposé à l’intérieur du musée national de Phnom Penh.

 

Baphuon

Construit avant l’aménagement de la cité impériale d’Angkor Thom, le Baphuon reste le plus grand temple-montagne d’Angkor. Comme tous les autres monuments de la cité, les bas-reliefs font également partie de sa décoration. En revanche, les motifs que l’on observe ici représentent les scènes de la vie quotidienne ou de la mythologie des peuples khmers. Le site reste très connu des touristes grâce à une gigantesque statue de bouddha couché de 40m de hauteur.

Récemment rénové, ce site est depuis 2009 ouvert au public. Durant cette période, l’EFEO ou l’Ecole Française d’Extrême Orient ont pris en charge la restauration de la grande statue.

 

Bayon

Dernier temple d’état construit à Angkor Thom, Bayon est le principal temple de la cité. Edifié au cœur de la ville, ce site comprend 49 tours portant la sculpture des visages des bouddhas géants affichant un sourire troublant et envoutant. D’après l’histoire, ces œuvres d’art sont d’inspiration javanaise influencée les œuvres hindoues des cultes de Shiva et de Vishnou.

 

Comment s’y rendre

 

Taxi

Depuis le centre-ville de Siem Reap, vous pourrez prendre un taxi qui vous amènera directement sur le site. A la sortie du terminal de l’aéroport SRIA, l’un des aéroports les plus fréquentés au monde, il est également possible de louer le service des taxis. Tous les jours de la semaine, les taxis y attendent les passagers.

 

Tuk tuk

Pour rejoindre Angkor Thom qui se trouve juste à proximité de la ville de Siem Reap, il est plus agréable de prendre un tuk tuk. C’est aussi le moyen de transport le moins coûteux pour s’y rendre.