Les avantages de la basse et de la haute saison

Voyager au Cambodge peut soulever de nombreuses interrogations préalables quant à la période choisie. Haute ou basse saison. Soleil, chaleur, ou pluies et inondations ? Cela n’est pas si simple mais de nombreux à priori peuvent influencer votre choix. Essayons d’y voir plus clair et de balayer certains jugements trop hâtifs en mettant l’accent sur les avantages de partir lors de ces deux saisons.

L’écoulement alternatif de la rivière Tonlé Sap au Cambodge régit une succession nécessaire et inéluctable. Celle des saisons. De mai à novembre, lors des moussons, celle-ci s’écoule du sud au nord pour se vider et gorger son lac, homonyme. De novembre à mai, durant la saison sèche, le réservoir naturel fournit son canal, son courant s’inverse et redescend vers le Mékong jusqu’à Phnom Penh. Ce procédé détermine un changement semestriel au royaume. La facilité serait de penser qu’en saison sèche le soleil accable et une lourde chaleur s’installe six mois durant, et qu’en saison des pluies sortir dans la rue est un véritable défi en raison des inondations quotidiennes. Ce n’est pas la réalité. Toute période est bonne pour partir au Cambodge.

La pluie ça vous réussi !

Quitter le froid hivernal français pour atterrir dans l’ardeur sud-est asiatique fait, pour sûr, saliver. Se libérer de la canicule estivale de l’hexagone pour rejoindre la fraicheur des pluies cambodgiennes pourrait également intéresser si l’imaginaire ne venait pas mettre son malheureux grain de sel. Saison des pluies peut, dans celui-ci, rimer avec déluge, flots, inondations, et retour à la maison à la nage. Pas faux parfois, mais pas si simple.

De mai à novembre, les pluies s’intensifient mais ne deviennent pas quotidiennes pour autant. Elles ne durent qu’une heure ou deux en moyenne, et provoquent parfois des inondations certes. Mais le pays est préparé. Il connait ces périodes depuis la nuit des temps. En campagne par exemple, les routes surélevées rendent possible la circulation même lorsque le ciel tombe sur la tête des habitants. Vous remarquerez que la totalité des maisons sont construites sur pilotis. Un endroit idéal pour admirer ces averses et attendre leur répit. Si le voyage est bien préparé et anticipé, il peut devenir une véritable œuvre d’art. La végétation et les paysages sont magnifiés par l’affusion naturelle.

 

Une barque surplombe une large étendue d'eau causée par la pluie. Le paysage vert ressort.

Une petite balade en barque ?

Le lac Tonlé Sap voit sa superficie passer de 2700 à 16000 km2 lors de la saison des pluies. Ce facteur permet, aux plus aventuriers d’entre-vous, de relier Siem Reap à Battambang par les eaux. Le bateau peut s’avérer être une formidable activité pour apprécier l’air pur et la fraîcheur du réservoir naturel.

Outre la surprise et le côté inattendu de ce que l’on peut admirer lors de la saison des pluies, un critère plus terre-à-terre peut vous pousser à partir entre mai et novembre : le budget. Vous pouvez économiser jusqu’à 20% de votre porte-monnaie, entre billets d’avion et hôtels, en partant lors des moussons. En période touristique basse, vous avez aussi la certitude de rencontrer moins de monde lors de vos visites culturelles ou patrimoniales et ressentir sans doute plus de liberté. Ceci vous assure de pouvoir compter sur les meilleurs guides ou chauffeurs francophones, et de recevoir une attention toute particulière lors de vos attractions et activités.

Un hiver chaud et ensoleillé

Comme dit précédemment le soleil et la chaleur attirent forcément lors d’hivers européens glaçants. La montagne n’est pas du goût de chacun, certains lui préfèrent largement la mer turquoise et les plages de sable fin. Le Cambodge n’est pas en reste de ce côté-là et principalement lors de la saison sèche. L’astre solaire s’invite de décembre à avril dans le ciel khmer. Quelques minutes de repos par-ci par-là ne vous feront pas oublier sa splendeur.

 

Plage de l'île de Koh Rong.

Plage de l’île de Koh Rong.

Les îles de Koh Rong et Koh Rong Samloem au large de Sihanoukville sont des modèles du genre. L’atmosphère paradisiaque de leurs plages et l’état sauvage des jungles sont de formidables raisons d’y faire un tour lors de la saison sèche. Laissez-vous envoûter, la nuit tombée, par le bal des planctons lumineux qui viennent éclairer les côtes sombres d’un bleu turquoise.

Le côté découverte des traditions, architectures, et patrimoines culturels en saison sèche détient lui aussi des avantages indéniables. L’accessibilité des lieux est malgré tout largement facilitée par le climat et les visites en sont sublimées. Vous pourrez par exemple, à coup sûr, admirer l’éclatant lever du soleil perché en haut de la tour centrale d’Angkor Wat.

 

Rendez-vous à 5h du matin à Angkor Wat pour admirer le phénomène naturel.

Rendez-vous à 5h du matin à Angkor Wat pour admirer le phénomène naturel.

Bien que le soleil ne s’absente jamais très longtemps de l’azur cambodgien lors de la saison sèche, les températures ne sont pas pour autant étouffantes. Les mois de décembre et janvier offrent des nuits rafraîchissantes avec des températures qui peuvent tomber autour des 15 degrés. De quoi pourvoir dormir tendrement après vos activités riches et instructives de la journée.

Thibault Bourru

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *