LES TEMPLES D'ANGKOR

Situé a 7 Kilomètres de Siem Reap, il s'étend sur 400 km carrés. 287 temples ont été dénombrés dans la région, dont la construction est échelonnée du 9e au 13 eme siècle. La majeure partie des plus beaux d'entre eux sont par chance, peu éloignés les uns des autres et ont été répertoriés par la Conservation d'Angkor en 2 circuits très facilement accessibles en voiture ou en moto. Le Petit circuit fait 15 km et le Grand Circuit 34 km. Les temples du petit circuit sont "visitables" en une journée (au pas de course) mais il faut au moins quatre jours pour voir l'essentiel de la région.

ballade éléphant

Angkor Thom

angkor wat

 

 

 

 

 

 

 

Site monumental et archéologique, capitale des rois khmers du Cambodge du IXe au XVe siècle, ses ruines sont l'un des plus grands ensembles architecturaux du monde. Angkor fut fondé au début du IXe siècle sous le nom de Yasodharapura par le roi Yasovarman Ier (qui régna de 889 à 900). La cité primitive fut construite autour de Phnom Bakheng, un temple bâti vers 907 sur une colline qui symbolisait la montagne se trouvant au centre du monde d'après la cosmologie hindouiste.

Les rois successifs agrandirent la ville et construisirent d'autres temples voués à diverses divinités hindouistes ainsi que de grands réservoirs servant à irriguer et matérialisant l'océan qui entoure la montagne sacrée centrale. Le principal ensemble de temples d'Angkor est Angkor Vat (« la ville-temple »), édifié sous le roi Suryavarman II (qui régna de 1113 à 1150) pour honorer le roi en tant qu'incarnation du dieu. Au XIIIe siècle, Angkor couvrait environ 100 km2 et était l'une des plus grandes villes du monde, mais son déclin commença peu après. Menacés par les attaques de leurs voisins thaïs, les Cambodgiens abandonnèrent Angkor vers 1430 et déplacèrent leur capitale vers un site plus sûr, au sud. Angkor Vat demeura quelque temps un centre de pèlerinage bouddhique, mais le reste de la ville fut recouvert par la jungle. Les archéologues français la redécouvrirent et révélèrent son existence au monde en 1860. L'École française d'Extrême-Orient entama des fouilles et des restaurations à partir de 1898. Le site fut abandonné à partir de 1972 et subit les détériorations de la nature et les déprédations des pillards. Un nouveau projet de restauration a débuté en 1987 et grâce principalement aux coopérations françaises et japonaises peuvent envisagés de retrouver leur lustre d’antan. Nous vous présentons rapidement les temples les plus célèbres...

 

 



Angkor Vat, le temple le plus célebre du site d'Angkor


Bâtie, selon le mythe, par l'Architecte céleste, Angkor Vat cristallise, au début du siècle, l'envoûtement et l'effroi des Occidentaux face aux mondes inconnus. Édifié en gradins sur un tertre artificiel symbolisant les sommets où se plaisent les dieux et les monarques, le temple-montagne d'Angkor Vat est le chef-d'œuvre de l'architecture khmère (XIIe siècle).


Le bayon


La montagne magique" d'angkor, 200 visages aux regards mystérieux.. Au centre de la cité d'Angkor Thom se dresse le temple royal du Bayon, hérissé de plus de cinquante tours portant, sur leurs quatre faces, des visages immenses au sourire énigmatique, tournés vers les quatre points cardinaux.Le Bayon fut édifié par Jayavarman VII, bouddhisme fervent et grand bâtisseur d'Angkor.
Le Banteay Srei
Le Bayon
Le Taphrom

Des arbres serpents qui augmentent la poésie de ce temple

- TA PHROM :

Le Ta Prohm reste le témoignage de l'état dans lequel se trouvaient les temples avant leur réfection, avec des lianes et des arbres poussent sur ou entre les pierres.Des arbres serpents qui augmentent la poésie de ce temple.

- BANTEAY SREI Banteay Srei :

Bâti avant la fin du premier millénaire par un brahmane par Yajnavaraha et a été entièrement reconstruit dans les années 30. Caractéristiques de l'architecture khmère, ses portes en enfilades géométriques. Banteay Srei, la "Citadelle des femmes". Ses admirables bas-reliefs sont le lieu où les sculpteurs khmers révèlent toutes les finesses de leur savoir-faire. Colonnettes, balustres, feuillages, les murs s'animent. Les statues sont en reliefs sur le fonds de feuilles et de fleurs en méplat. Les déesses, en grès rose, portent des bijoux et des vêtements raffinés. Sur les murs du sanctuaire central, Rama, le héros du "Râmâyânâ", le grand poème épique sanskrit, mène ses aventures. Le Banteay Srei, longtemps abandonnée, a attiré les pilleurs et les voleurs.

Source d'inspiration et de fierté nationale pour les cambodgiens, qui reconstruisent péniblement leur vie après les années de terreur et de traumatisme, les temples d'Angkor sont la véritable âme du royaume. Tous les Khmers y viennent en pélerinage et les visiteurs étrangers se pressent pour admirer leur somptueuse beauté.. D'une beauté inégalée dans le reste de l'Asie du Sud-Est, Angkor figure parmi les figures architecturales de la terre.

- PREAH KHAN : l'Epée Sacrée
- TERRASSE DU ROI LEPREUX : Des centaines de visages superbes
- KOBAL SPIEN : "La rivière aux mille Lingas" (sexe de Shiva) sculptés dans le lit de la rivière.
- TA SOM et la tour au 4 visages.
- PRASAT KRAVAN : Temple hindou en briques datant de 921.
- NEAK PEAN : bassin sacré
- GROUPE  DES ROLUOS : Pré Angkoriens